1. Derniers instants
  2. En attendant 2020
  3. Des couloirs à perte de vue
  4. Un déménagement historique
  5. Une ville dans la ville
  6. Silence, on traduit
  7. A chaque langue sa couleur
  8. L'interprète, maillon central
  9. Un bâtiment, un symbole

Dans les entrailles du «Jean Monnet»

Défilez vers le bas pour lancer le reportage

Dans les entrailles du «Jean Monnet»
Défilez vers le bas pour lancer le reportage
Derniers instants

Erigé en 1974, le bâtiment emblématique de la Commission européenne vit sans doute, en cette année 2014, ses derniers moments. L'occasion, plus que jamais, d'offrir un instantané de la vie qui anime aujourd'hui les quelque 120.000 mètres carrés du « JMO ».

Au coeur du «Jean Monnet»

Un reportage de

Romain Schanck

Dan Schank

Dominique Nauroy

Avec la participation de

Niall Finn et Georges Bingen

Remerciements à

Jakub Adamowicz

En attendant 2020

Le sort du bâtiment Jean Monnet semble avoir été tranché depuis le début de l'année : c'est en effet courant 2014 que le déménagement de près de 1.900 personnes employées en son sein devrait débuter. Elles seront relogées dans un endroit qui reste à définir, en attendant la construction du « Jean Monnet 2 », dont l'achèvement est prévu pour 2020.

Des couloirs à perte de vue

Un huissier d'étage (personne qui distribue le courrier) parcourt entre 2,5 et 4 kilomètres par jour à sa place de travail, traversant des couloirs qui avoisinent pour certains les deux cents mètres.

Le bâtiment actuel est l’œuvre de l'architecte Bohdan Paczowski, qui a conçu ces façades en vitrage réfléchissant basées sur des cellules répétitives.

« On ne peut pas dire que le bâtiment soit économe énergétiquement parlant », glisse notre guide, Niall Finn. Faute d'air conditionné, en été, c'est la fournaise dans certains bureaux ; l'hiver, en certains endroits du JMO, le gilet est d'usage.

Le bâtiment connaît de plus en plus de faiblesses mais, d'un autre côté, le gouvernement luxembourgeois concède un loyer aujourd'hui relativement bas à la Commission.

A proximité des salles de conférence

A proximité des salles de conférence

Certains couloirs peuvent faire penser à un hall d'embarquement de l'aérogare du Findel. M. Paczowski est d'ailleurs l'architecte qui a conçu le nouvel aéroport de Luxembourg.

Un déménagement historique

Le déménagement prévu est certes spectaculaire vu les chiffres avancés mais se fera progressivement et, de ce point de vue, ne sera pas une première.

Les services de la Commission ont en effet à plusieurs reprises déménagé soit au sein même du bâtiment Jean Monnet (JMO), soit ailleurs. L'immeuble hébergeait à l'origine le Comité consultatif de la CECA jusqu'en 2002, ainsi que l'Office des publications ; Eurostat a été externalisé en 1998 ; d'autres services, dont la DG SANCO, se trouvent à présent dans des bâtiments à la Cloche d'Or.

Vue depuis la Cour de justice de l'UE

Vue depuis la Cour de justice de l'UE

Pourtant, à l'origine, le but du bâtiment JMO était de regrouper l'ensemble des services de la Commission à Luxembourg sur un seul et même site. Aujourd'hui, il héberge une petite moitié des 4.170 personnes qui travaillent au Luxembourg pour la Commission.

Ce bâtiment a lui-même connu plusieurs évolutions (bâtiments A, B, puis C).

Photo Google Maps

Photo Google Maps

Vu du ciel, le bâtiment ressemble à un puzzle ou un ensemble de carrés emboîtés les uns dans les autres.

Vue depuis la Tour B du Parlement européen

Vue depuis la Tour B du Parlement européen

Le bâtiment A, dont l’extrémité se trouve proche des tours de la Cour de Justice, devrait être le premier à être démantelé. C'est en effet dans ce secteur que la Cour a l'intention d'ériger une troisième tour.

Une ville dans la ville

Dans un article intitulé « Les trous de l'Europe », d'Land fait la description peu élogieuse d'une « boîte brune hideuse très datée et qui a mal vieilli – une ville dans la ville, complètement refermée sur elle-même ».

Difficile de vérifier à quel point les personnes qui y travaillent ont adapté leurs habitudes selon le profil et les fonctions du bâtiment. Mais ce dernier offre, entre autres, un bureau de poste, une banque, un kiosque, une cafétéria, un self-service, un restaurant à la carte, des installations sportives et une piscine d'une longueur de 25 mètres.

La piscine (bassin de 25 mètres)
Les installations sportives connaissent un réel succès, entre 12h et 14h et après 17h.
Les installations sportives connaissent un réel succès, entre 12h et 14h et après 17h.
Les installations sportives connaissent un réel succès, entre 12h et 14h et après 17h.
Poste
Banque
La cantine est divisée en trois sections : une cafétéria, un self-service et un restaurant à la carte.
La cantine est divisée en trois sections : une cafétéria, un self-service et un restaurant à la carte.
La cantine est divisée en trois sections : une cafétéria, un self-service et un restaurant à la carte.
La cantine est divisée en trois sections : une cafétéria, un self-service et un restaurant à la carte.
La cantine est divisée en trois sections : une cafétéria, un self-service et un restaurant à la carte.
La cantine est divisée en trois sections : une cafétéria, un self-service et un restaurant à la carte.
Silence, on traduit

Il y a essentiellement trois services qui travaillent ici : DGT, DIGIT et OIL. Toutefois plus des deux tiers des fonctionnaires européens travaillant dans l'enceinte du JMO sont affectés à la DGT, la Direction général de la traduction.

Le futur déménagement fait craindre à certains un rapatriement partiel des fonctionnaires à Bruxelles. L'inquiétude des Luxembourgeois face aux velléités supposées de la Commission de concentrer l'ensemble de ses services à Bruxelles ne date toutefois pas d'hier.

En 2003, la Commission avait décidé de consolider ses services à Luxembourg, en augmentant de plus de 400 les postes de la traduction pour les langues des nouveaux Etats membres. Cette décision avait alors été prise notamment en réponse aux inquiétudes luxembourgeoises relatives au centralisme bruxellois.

Jean Monnet

Jean Monnet

La DGT, c'est la Direction générale de la traduction, le service interne de traduction de la Commission européenne. Rouage incontournable car il propose des traductions dans toutes les langues officielles de l'Union européenne, soit 24, une politique unique au monde.

Un bureau de l'unité DGT

Un bureau de l'unité DGT

Tout n'est cependant pas traduit dans chacune des langues officielles. Au sein de la Commission, seuls les textes législatifs et les documents politiques présentant un intérêt public important, soit environ un tiers du total, sont publiés dans les 24 langues.

La correspondance avec les autorités nationales et les citoyens n'est traduite que dans les langues concernées.

Tous les documents internes et les rapports sont rédigés (et traduits) en anglais, français et allemand. De même, les documents adressés à la Commission, qui peuvent être rédigés dans n'importe quelle langue, sont traduits dans l'une de ces trois langues afin de pouvoir être compris au sein de l'institution.

A chaque langue sa couleur

Au cœur de la salle de distribution des documents de l'unité DGT, ce tableau représente les documents à traiter. La couleur représente la langue dans laquelle le document est écrit : vert pour l'italien, jaune pour l'allemand, bleu pour le français, rouge pour le danois. Lors des derniers élargissements, les couleurs ont commencé à manquer : les nouvelles langues reçoivent désormais de manière indissociée la couleur blanche.

Salle de distribution des documents

Salle de distribution des documents

Chaque traducteur maîtrise en moyenne cinq langues de l'UE. Chaque traduction est vérifiée par un autre fonctionnaire.

Le bâtiment comporte un « Learning center » qui propose des cours intensifs d'apprentissage des langues. « Il y a toujours des gens en formation dans notre département », précise Niall Finn.

Dans le bâtiment B

Dans le bâtiment B

« En 1975, tous les fonctionnaires échangeaient en français, les informations administratives étaient délivrées en français. Depuis l'élargissement de 1995, la situation linguistique au sein de la Commission a changé et désormais, l'essentiel de la communication se passe en anglais. Le français arrive en deuxième position, mais tout de même assez loin derrière », estime M. Finn.

L'interprète, maillon central

« Il y a 24 langues dans l'UE, mais nous en utilisons également d'autres comme le chinois, le coréen, etc. En 2013, nous avons traduit des documents venant d'une quarantaine de langues source vers l'anglais », complète notre guide.

Bureau d'un traducteur

Bureau d'un traducteur

Six salles de conférences offrent un espace d'échanges pour des experts de la Commission ou issus des 28 Etats membres pour échanger les bonnes pratiques dans un domaine donné.

Elles sont occupées quasiment en permanence. La « logistique » peut être assez complexe pour une réunion devant faire appel à des interprètes.

Un bâtiment, un symbole
Interview Georges Bingen

L'un des trois originaux de la sculpture de l'artiste suédois Carl Fredrik Reuterswärd, « Non Violence », se trouve devant le bâtiment qui porte le nom de l'un des pères de l'Europe. Le revolver au canon noué est associé au travail de la Commission, organe décisionnel d'une Union qui, en 2012, s'est vue attribuer le prix Nobel de la paix.